Hélène ZANIER &
Pierre-Emmanuel SABOUL
Ostéopathes DO à Lyon 6 - Brotteaux

Ostéopathie pour Lumbago

osteopathie lumbago

Le lumbago est une lombalgie aigüe, communément appelée « tour de reins ».

Le lumbago se manifeste par une raideur du bas du dos et une douleur lombaire vive, très intense et récente. Il survient généralement à la suite d’un effort en torsion, en charge ou à des microtraumatismes répétés sur la zone.
D’origine musculaire, il est souvent bénin mais très invalidant. Il peut parfois être accompagné d’irradiations dans les fesses et/ ou dans les jambes, souvent dues à la compression du nerf sciatique par la contracture et la tension musculaire. Voir notre article sur la Sciatique.

Mécanique ostéopathique : mieux comprendre comment s’installe le lumbago

Au cours de la vie d’un individu, le corps subit des perturbations (traumatismes avec ou sans séquelles, sollicitations répétitives et contraignantes…) qui occasionnent des restrictions de mobilité et des blocages articulaires plus ou moins profonds. Lorsque les blocages articulaires ou les restrictions de mobilité siègent au niveau des vertèbres lombaires, ils peuvent être à l’origine de différents types de douleurs : douleurs articulaires et/ ou douleurs musculaires.

 

Quand la mobilité articulaire des vertèbres lombaires est perturbée, les muscles de la zone lombaires sont sollicités davantage pour garantir une bonne mobilité générale à la colonne lombaire. Les perturbations de mobilité articulaire couplées à l’hyper-sollicitation musculaire, avec le temps, irritent la zone localement. Quand l’irritation devient trop importante, tout « faux mouvement » de la colonne lombaire peut déclencher la contraction intense et profonde des muscles du bas du dos.

La contracture reflexe de la masse musculaire sacro-lombaire est en fait un mécanisme de défense visant à protéger le système articulaire au niveau des lombaires. Il la protège de lésions plus importantes pouvant être provoquées lors de postures et/ ou de mouvements inadaptés (efforts en torsions, en charges, microtraumatismes répétés de la zone pouvant par exemple créer des lésions discales irréversibles…).

 

Bien que très douloureux, car rendant tous les mouvements du bas du dos difficiles voire impossibles, le lumbago est une pathologie bénigne, souvent liée aux troubles musculo-squelettiques préexistants.

Notre approche ostéopathique spécifique

La colonne lombaire étant un segment mobile, peu exposé aux traumatismes directs car protégé par la ceinture musculaire lombaire, elle est peu sujette aux blocages articulaires primaires (mais cela n’est pas exclu).
En revanche, comme la colonne lombaire subit de nombreuses contraintes (posturales, pondérales et mécaniques) et est en rapports anatomiques directs avec le bassin, elle est souvent soumise à des restrictions de mobilité articulaire, fréquemment adaptatives et secondaires aux blocages articulaires primaires présents sur le bassin (un des segments le moins mobile du corps).

 

Toutes les adaptations, même bénignes, ne sont pas à négliger, car même secondaires elles peuvent entrainer des irritations locales, des douleurs et parfois d’autres symptômes associés (règles douloureuses, douleurs abdominales…).

Pour une bonne efficacité du traitement, il convient donc de libérer l’ensemble des fixations primaires à l’origine des restrictions de mobilité secondaires retrouvées sur les lombaires.
Seule une analyse biomécanique précise et codifiée de l'ensemble du corps humain permet d’accéder à ce résultat et ainsi de parvenir à un traitement fiable et durable.

Quand consulter l’ostéopathe ?

Bien que l’évolution du lumbago soit souvent favorable (4 semaines environ), la réalité est souvent plus compliquée. Durant la période de « rémission », le corps est amené à compenser pour diminuer les tensions et ainsi diminuer les douleurs. Le corps se « réorganise » et fonctionne différemment, en compensant la perte de mobilité de la zone par une hyper sollicitation d’autres structures. Ce fonctionnement peut être bien toléré pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, mais l’organisme, déjà adapté au trouble musculo-squelettique, est moins à même de gérer les désagréments du quotidien. Les rechutes se multiplient, des lésions compensatoires peuvent survenir : troubles du transit, stress, lombalgie chronique

 

En prévention ou dès l’apparition des premiers symptômes, un suivi ostéopathique permet de gérer ces différents troubles en rétablissant la mobilité de l’ensemble du corps.

Quelques conseils

  • Eviter la surcharge pondérale ;
  • Conserver une bonne musculature dorsale et abdominale ;
  • Adopter les bonnes postures lors des mouvements « à risque » ;
  • Adopter une bonne posture au travail (adaptation du poste de travail : avoir un bon soutien du dos, éviter les mouvements de torsion, régler la hauteur de l’écran…) ;
  • Avoir une bonne literie ;
  • Conserver une activité physique (natation) ;
  • Eviter les talons hauts supérieurs à 7 cm.